Pourquoi les mâles dominants ont-ils plus de succès auprès des jolies demoiselles?

deutschenglish

Une histoire de sexe, de stress et de crottes de hyène

Par Eve Davidian

Dans la plupart des sociétés animales, les ressources ne sont pas partagées de manière égalitaire entre les membres d’un groupe. Ceux qui sont au sommet de la hiérarchie sociale ont droit à la nourriture la plus savoureuse, obtiennent les couchages les plus confortables et peuvent passer plus de temps – et plus si affinités – en compagnie des partenaires les plus attirant(e)s et les plus fécond(e)s.

Dans le règne animal, où la réussite sociale est déterminée par le nombre de descendants qu’on laisse derrière soit, on comprend facilement pourquoi les animaux bossent dur pour atteindre le sommet de la hiérarchie et y rester le plus longtemps possible.

Qui devrait être le père?

Ce que l’on ne comprend toujours pas, c’est pourquoi et comment le rang social d’un individu influence son succès reproducteur. Les mâles de rang élevé ont-ils plus de descendants et des descendants de meilleure qualité que les mâles en bas de la hiérarchie parce qu’ils sont plus forts et plus sexy? Ou est-ce parce qu’ils sont moins «stressés» par la compétition avec les autres mâles et peuvent se permettre de passer plus de temps à courtiser les femelles de premier choix?

Pour répondre à ces questions, nous avons fait du travail de terrain et récolté des données dans la savane africaine. Beaucoup de données. Plus de 20 ans de recherche, d’identification, de tests de paternité et d’enregistrement du comportement de milliers d’hyènes tachetées qui vivent en liberté dans le Cratère du Ngorongoro, au nord de la Tanzanie. Nous avons aussi collecté près de 400 crottes de hyènes encore fumantes pour mesurer la concentration en cortisol, ce qui permet d’estimer les coûts physiologiques – et le niveau de «stress» – encourus par une hyène. [Pour connaître les secrets d’un chasseur de crottes de hyènes, cliquez sur les crotteurs ci-dessous.]

Notre nouvelle étude publiée dans la revue Functional Ecology démontre que les interactions entre mâles sont plus stressantes pour les mâles de rang bas que pour leurs rivaux de haut rang et que cela limite le temps et l’énergie qu’ils peuvent investir dans la séduction des femelles, en particulier les femelles les plus fécondes puisque ce sont elles que les mâles se disputent le plus.

Nos résultats démontrent aussi que les mâles doivent jongler entre vie sentimentale et activités plus mondaines comme faire connaissance avec les nouveaux membres du clan, entretenir les anciens liens d’amitié et créer de nouvelles alliances stratégiques. Les mâles en bas de la hiérarchie évitent ces activités stressantes ; ils préfèrent se tenir à l’écart des problèmes et passent plus de temps seuls, à rogner des os ou à se détendre dans des flaques d’eau croupie. Les mâles en haut de la hiérarchie, quant à eux, peuvent se permettre de passer plus de temps en compagnie des femelles et à développer des relations amicales avec elles. Et ça, c’est quelque chose que les hyènes femelles apprécient particulièrement chez un mâle!

Contrairement à de nombreuses espèces chez lesquelles les mâles utilisent leur force physique, leurs cornes et leurs crocs acérés pour chasser leurs rivaux – voire même pour contraindre sexuellement les femelles – les hyènes mâles ne s’engagent généralement pas dans des combats violents pour atteindre le sommet de la hiérarchie. Ils n’utilisent pas la force non plus pour contraindre les femelles. D’ailleurs, même s’ils le voulaient, ils ne pourraient pas le faire, puisque les organes génitaux des femelles sont masculinisés en une sorte de dispositif anti-viol. Mais, si les mâles ne se battent pas, pourquoi les mâles de rang bas sont-ils plus stressés que les autres?

Les hyènes mâles ne sont peut-être pas des brutes sanguinaires, mais il ne faut pas non plus les prendre pour une bande de hippies pacifiques. Les relations hiérarchiques dans la société des hyènes sont principalement déterminées par le nombre d’alliés sur lesquels une hyène peut compter lorsqu’elle entre en conflit avec d’autres. Les mâles de rang bas sont généralement de nouveaux arrivants qui manquent d’alliances solides car, en quittant leur clan natal, ils ont perdu la plupart de leurs liens familiaux. Ces mâles sont aussi plus susceptibles d’être pris comme boucs émissaires par les autres mâles, ce qui est probablement une grande source de stress pour eux. Ce « défoulement » sur un bouc émissaire prend souvent la forme d’une réaction en chaîne par laquelle des mâles successifs déplacent les tensions sur un autre mâle de rang inférieur. Et quand un malchanceux se retrouve à la fin d’une telle chaîne et n’a personne sous la main pour se défouler, il n’est pas rare qu’il se précipite, queue dressée, vers un chacal innocent, un rocher ou même notre véhicule de recherche.

Mais n’ayez pas trop pitié de ces mâles de rang bas. Leur heure viendra. Chez la hyène tachetée, le rang social des mâles est déterminé par une convention sociale dite de « file d’attente ». La plupart des mâles finissent donc, avec un peu de patience et de ténacité, par gravir les échelons et ainsi profiter des avantages associés au statut de chef de file.

Publication originale:

Davidian E, Wachter B, Heckmann I, Dehnhard M, Hofer H, Höner OP (2020) The interplay between social rank, physiological constraints and investment in courtship in male spotted hyenas. Functional Ecology


Pour plus d’information

Davidian E, Courtiol A, Wachter B, Hofer H, Höner OP (2016) Why do some males choose to breed at home when most other males disperse? Science Advances 2 e1501236.

Höner OP, Wachter B, East ML, Streich WJ, Wilhelm K, Burke T, Hofer H (2007) Female mate-choice drives the evolution of male-biased dispersal in a social mammal. Nature 448: 798-801.

Davidian E*, Benhaiem S*, Courtiol A, Hofer H, Höner OP, Dehnhard M (2015) Determining hormone metabolite concentrations when enzyme immunoassay accuracy varies over time. Methods in Ecology and Evolution 6(5):576-583. *contributed equally